Gestion du stress

GESTION DU STRESS

gestion du stress
Mens sana in corpore sano

Le corps a un langage. Ce que la parole ne parvient pas à exprimer, notre corps s’en charge et le poids des mots devient alors le poids des maux.

L’avènement des sciences nous a fait perdre l’approche holistique de la réalité, découpant artificiellement nos individualités. Or le corps et l’esprit ne sont pas des entités séparées l’une de l’autre. Nous savons que nos peurs et nos conflits s’impriment dans nos os, nos tissus et parcourent notre corps… nous somatisons.

Face à un état d’anxiété ou une situation de stress, notre cerveau va analyser le ou les évènements comme une rupture d’équilibre et mettre en place une cascade de réactions de défense engendrant des réactions des grandes fonctions de l’organisme (tonus musculaire, digestion, respiration…).

Les symptômes d’un état anxieux ou un stress prolongé peuvent être :
• des douleurs musculaires et/ou articulaires,
• des troubles de l’appétit et de la digestion,
• des troubles urinaires (envie pressante, émission involontaire),
• des palpitations, sensations d’oppression,
• de l’irritabilité,
• des insomnies,
• des maux de tête,
• de la fatigue,
• un état dépressif…

Le plus souvent, la douleur apparaît sans raison mécanique ou physique apparente, chute ou choc direct. C’est l’inquiétude du patient face à cette douleur qui va le conduire chez l’ostéopathe. Le corps a toujours de bonnes raisons de s’exprimer…

L’interrogatoire est un temps fort dans la relation patient-praticien. Le plus important est peut-être ce que le patient ne dit pas ou pas clairement et que le thérapeute entend ou soupçonne. Ainsi, il peut être possible de rattacher cette douleur à un événement précis ou à une succession d’événements.

Après avoir identifié les zones lésionnelles, l’ostéopathe, par des techniques douces, entreprendra de libérer des points clefs afin de relâcher l’ensemble des structures musculo-squelettiques et faciales permettant au corps de retrouver son fonctionnement physiologique en même temps que de libérer la douleur.

La diminution de la fréquence et de l’amplitude des symptômes permet parfois de diminuer la consommation de médicaments, et de ce fait, il est possible d’éviter de nombreux effets indésirables. L’ostéopathe va aussi conseiller et orienter le patient pour qu’il apprenne à mieux gérer ce stress : pratique d’une activité sportive, sophrologie…

Votre corps est votre première maison, celle que votre esprit habite et qui fait l’interface entre l’extérieur et l’intérieur. C’est par ce corps que certains modes de communication tels que le plaisir, les émotions, la satiété… vont s’exprimer et permettre l’équilibre entre ces deux mondes. Cette harmonie est fragile et nécessite d’y apporter une attention particulière. Prenez soin de votre corps et de votre esprit.

Les commentaires sont fermés.